Délires et propos sensés

Écriture, tout genre confondus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'ENFER C'EST LES HÔTES...

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaetan Pelletier
Langue pendue


Nombre de messages : 74
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 08/10/2005

MessageSujet: L'ENFER C'EST LES HÔTES...   Sam 4 Mar - 14:10

À sa mort Hitler changea de dimension et fut accueilli en héros. . . Sans grande surprise : car il avait toujours pensé bien faire. . .

La lumière l'aspira et il "grimpa" au ciel. Il se retrouva alors dans un décor tout à fait semblable à sa résidence en Autriche. Le ciel était bleu, les arbres s'accrochaient aux montagnes, et des vallées immenses s'étendaient à perte de vue. Des oiseaux blancs, bellement ailés, amples dans leur vol, sillonnaient le ciel. Il ressentit une grande chaleur. . .

Il fut accueillit par Goëbel, Eichman, et une foule d'officiers à qui il avait donné des ordres. Il chercha des yeux le général Rommel mais ne le vit pas.

Il se sentait bien. Il avait acquis une qualité qu'il n'avait jamais connue de sa vie : le sens de l'humour.

On fit la fête avec un champagne peu commun, et on lui suggéra de s'habiller en prisonnier juif. On lui coupa la moustache et on le débarrassa de sa croix de fer.

Une fois vêtu de son "pyjama" rayé, on lui banda les yeux et on le fit se promener à travers une foule délirante qui lui rappelait sa gloire de la fin des années trente.

On lui avait dit qu'il y aurait des millions de chandelles pour cette fête. De plus, on lui avaient fabriqué un gâteau tellement immense que s'il arrivait à en éteindre toutes les chandelles, il serait cette fois chancelier de l'Univers.

On le fit appuyer les mains sur une table contenant des millions de chandelles. Mais étant donné qu'il avait une confiance illimité en son souffle, il accepta le défi.

Il souffla, souffla, souffla. Et son souffle semblait n'avoir pas de fin. Il ne sut pas combien de temps s'était passé mais c'est lui qui demanda qu'on lui enlève son bandeau. Il était tellement ambitieux. . . Et heureux. . .

C'est alors que tous les officiers et les soldats, de par son souffle si puissant, avaient été dépouillés de leur habit d'officier et de soldat. Et même de leur chair. . . Il vit une armée de cadavres aux yeux si éblouissants qu'il ne parvenait pas à les voir bien.

Il avait, en fait, soufflé si fort qu'il n'avait devant lui que des humains maigres et décharnés mais heureux d'avoir été "éteints". . .

Car ils avaient déjà brûlé. . .

Six millions de chandelles s'élancèrent vers lui. Toutes allumées. . .

Revigorées par ce souffle puissant. .

_________________
La société est comme une soupe: il y a des navets, des oignons, du maïs, du céleri, des carottes, des pois, du riz, etc. Mais tout compte fait, on ne goûte que le bouillon de poulet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ave nocturna
Langue pendue
ave nocturna

Nombre de messages : 108
Localisation : au bord de la rivière Richelieu
Date d'inscription : 12/05/2006

MessageSujet: Re: L'ENFER C'EST LES HÔTES...   Mar 12 Fév - 7:17

Enfin quelqu'un qui réagit
Même si c'est post-mortem
Bravo Gaetan

ave nocturna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'ENFER C'EST LES HÔTES...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bisounours de l'enfer :p
» Les Maldives, entre Paradis et Enfer
» Tu iras en enfer (Stephen Leather)
» Aénor et moi en enfer...
» Cao Bang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Délires et propos sensés :: Peuple, a vos clavier, régaler nous de vos idées. :: Horreur,-
Sauter vers: